Easy to Read
Facebook Twitter Linkedin Youtube

Keith Stuart, auteur du roman « A Boy Made of Blocks »

«Il y a beaucoup d’expériences que j’ai eues en tant que parent d’un enfant autiste que je voulais communiquer avec les autres parents qui pouvaient se sentir très seuls »

Keith Stuart lors de l’événement de Microsoft #BookTalk à Bruxelles. Photo pris par Microsoft pour Autisme-Europe.

 

Autisme-Europe interviewe le rédacteur de la rubrique jeux du journal The Guardian et auteur Keith Stuart à propos de son livre intitulé « A Boy Made of Blocks » (Un garçon fait de bloques, traduction non officielle) qui raconte le cheminement émouvant et teinté d’humour d’un père qui tente de connaitre et de comprendre son fils autiste à travers les jeux vidéo.

Autisme-Europe : « Pourriez-vous nous en dire plus à propos de votre livre “A Boy Made of Blocks ? »

Keith Stuart : “A Boy Made of Blocks” est l’histoire d’un père, Alex, qui vit à l’écart de sa famille. Il a dû quitter sa maison, son épouse Jody et son fils autiste Sam avec qui il doit construire une relation à l’extérieur du foyer familial. C’est comme ça qu’ils commencent à se contacter en ligne et à jouer ensemble à Minecraft et c’est à travers ce jeu qu’ils construisent une relation et trouvent un moyen de se comprendre. Alex a découvert que son fils était un petit garçon créatif et intéressant.

AE: Est-ce que vous pourriez vous présenter pour nos lecteurs ?

KS: Mon nom est Keith Stuart. Je suis l’éditeur de jeux pour le journal The Guardian et je suis l’auteur du roman ‘A Boy Made of Blocks’.

AE : Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ?

KS : En fait, on m’a demandé d’écrire ce livre après que j’ai eu rédigé quelques articles sur mon fils autiste Zack. J’ai écrit combien Minecraft avait positivement influencé ma vie. La grande maison d’édition « Little, Brown » m’a demandé d’écrire un livre sur cette expérience mais sous la forme d’un roman fictif. C’est comme ça qu’a vu le jour « A Boy Made of Blocks ».

AE : Que peut-on apprendre de ce livre en tant que parents ?

KS : Lorsque j’ai commencé à écrire « A Boy Made of Blocks », j’ai voulu partager mes nombreuses expériences en tant que parent d’un enfant autiste avec d’autres parents qui avaient peut-être des enfants autistes et se sentaient peut-être seuls. Alors j’ai voulu dépeindre un tas de choses susceptibles d’arriver aux familles d’enfants autistes, non pas pour leur donner des conseils mais pour leur faire savoir, tout simplement, qu’ils ne sont pas seuls.

Ce livre montre surtout ce que c’est que d’avoir un enfant autiste au sein de la famille et le fait que, parfois, les gens ne le comprennent pas et que c’est très difficile. Tout ce que je voulais, c’est dire qu’il y a des personnes qui traversent les mêmes choses partout dans le monde, qu’elles ne sont pas seules et qu’il ne faut pas désespérer.

Ce livre traite de différents problèmes auxquels sont confrontés les enfants autistes et leurs parents. Il aborde des sujets tels que les critiques des passants, les idées fausses communément rependues sur l’autisme, la catégorisation erronée des autistes « de haut niveau «  ou « de bas niveau », les difficultés à l’école, le désire d’autonomie, les transitions de vie difficiles, les tensions familiales, et enfin les conseils bien intentionnés mais souvent mal informés de la part d’autres parents qui ne connaissent pas bien l’autisme.

AE : Avez-vous eu des retours de la communauté de l’autisme ?

KS : J’ai eu quelques retours très adorables de la part d’associations de l’autisme mais aussi de personnes autistes ou qui avaient un proche autiste.

En fait, il y a quelques mois, j’ai reçu une lettre des parents d’une ancienne amie de l’université. Ils m’ont écrit pour me dire que l’une de leurs petites-filles était autiste et qu’ils ne savaient pas très bien comment réagir avec elle. Mais, apparemment, ils ont lu mon livre et cela leur a donné un bon aperçu de ce qu’est l’autisme et des choses dont il faut tenir compte. Ils m’ont écrit cette gentille lettre pour me remercier de les avoir aidés à mieux comprendre leur petite-fille, c’était formidable !