Easy to Read
Facebook Twitter Linkedin Youtube

Plus de 700 personnes s’associent pour demander des élections européennes accessibles en 2019 « qui ne laissent personne derrière »

Le 4e Parlement européen des personnes handicapées, organisé le 6 décembre par le Forum Européen des Personnes Handicapées (FEPH), a rassemblé plus de 600 auto-représentants et délégués d’organisations de personnes handicapées (OPH) de toute l’Europe pour engager un dialogue avec les dirigeants européens au sujet de leurs droits. Autisme-Europe était largement représentée lors de cet événement, notamment par des auto-représentants, des parents de personnes autistes et des membres du personnel, tous venus défendre les droits des personnes autistes.

En tant qu’événement phare de la Journée internationale des personnes handicapées (célébrée le 3 décembre) et du 20e anniversaire du FEPH (dont Autisme-Europe est membre fondateur), le Parlement européen des personnes handicapées a porté spécifiquement sur le droit des personnes handicapées à voter et participer à la vie politique et publique, sur la prochaine stratégie européenne en matière de handicap et sur l’Union européenne (UE) en tant que leader mondial du développement durable inclusif.

The event, opened by the president of the European Parliament Antonio Tajani and the President of EDF Yannis Vardakastanis:

Le président du Parlement européen Antonio Tajani : « Notre engagement à améliorer la vie des personnes handicapées est fondé sur nos valeurs en tant qu’Européens, y compris notre attachement à la liberté, à l’égalité et à l’inclusion de tous dans la société. Ces valeurs doivent être traduites en actions concrètes, pour permettre à chacun de mener une vie indépendante et de s’assurer que notre société leur en donne les moyens. »

Le président du Forum européen des personnes handicapées Yannis Vardakastanis : « Aujourd’hui, nous avons montré que le Parlement européen pouvait être proche de ses citoyens. Le Parlement européen des personnes handicapées constitue un autre jalon dans le dialogue entre les élus européens et les citoyens handicapés. Depuis les deux dernières législatures, le Parlement européen a promu et protégé les droits des personnes handicapées durant les négociations législatives sur le droit à l’égalité d’accès à l’Internet, aux transports, le droit à la vie indépendante et sur les fonds structurels (conformément aux dispositions de la Convention des Nations Unies relative aux Droits des Personnes Handicapées).

L’événement a été suivi par d’autres dirigeants européens clés tels que la commissaire Marianne Thyssen, le commissaire Christos Stylianides, le président du Comité économique et social européen Georges Dassis, la médiatrice Emily O’Reilly et plusieurs membres de l’Intergroupe sur le handicap du Parlement européen, pour n’en citer que quelques-uns.

Le vice-président d’Autisme-Europe Pietro Cirrincione a déclaré:

« La reconnaissance du handicap est lepremier pas vers le respect de nos droits mais le processus de reconnaissance est inutilement stressant et douloureux, et diffère selon les pays : dans certains pays, il est facile d’obtenir un certificat de handicap à partir du diagnostic, ainsi que des aides financières et des services de soutien ; dans d’autres pays, en particulier pour certains handicaps tels que l’autisme, cette transition est difficile, fatigante, stressante et dépend de la commission chargée de nous évaluer. En plus, nous devons répéter les démarches dans le courant de notre vie. Je demande que nos droits soient facilement reconnus et ce, indépendamment de notre lieu de naissance.

L’expérimentation de médicaments pour l’autisme va connaitre une expansion grâce aux investissements financiers et en ressources, mais l’étude des enjeux éthiques concernant à la fois l’expérimentation en tant que telle et le bienfondé de l’intervention pharmacologique sur le long terme doit aussi se développer tandis que l’implication directe des personnes autistes et leurs familles dans l’évaluation éthique doit être garanti. Dans le cas contraire, il risquerait d’y avoir des abus médicaux, non seulement en ce qui concerne les effets secondaires des médicaments mais aussi le fait d’obtenir le consentement du patient, un consentement qui se doit d’être informé et réfléchi. Je demande que, dans chaque pays, les personnes autistes soient régulièrement consultées sur ces thèmes ».

La présidente d’AE Zsuzsanna Szilvasy a expliqué à l’audience que sa mission en tant que défenseuse des droits des personnes autistes avait commencé il y a 14 ans alors qu’elle tentait désespérément de trouver une école pour son fils autiste. 

« Environ 7 millions d’Européens sont autistes mais restent extrêmement exclus. Nous avons besoin d’une mise en oeuvre réelle et d’une surveillance continue des instruments légaux internationaux ».

Lors du Parlement européen des personnes handicapées, un manifeste sur les élections européennes de 2019 a été adopté à l’unanimité par les délégués, appelant les dirigeants européens à s’assurer que les prochaines élections seront pleinement accessibles aux personnes handicapées. Des délégués handicapés ont également adopté une résolution pour la prochaine décennie. Cette résolution appelle les dirigeants européens à adopter une stratégie européenne en faveur des personnes handicapées 2020-2030 qui couvrirait toutes les dispositions de la CNUDPH. La stratégie devrait considérer 2021 comme prochaine Année européenne des Droits des personnes handicapées.

En outre, les participants ont discuté des Objectifs de développement durable (ODD) et de l’importance d’intégrer les personnes handicapées dans leur mise en œuvre. Cinq de ces ODD concernent directement le handicap, il s’agit de : l’objectif 4 sur l’éducation de qualité, l’objectif 8 sur le travail décent et la croissance économique ; l’objectif 10 sur la réduction des inégalités, l’objectif 11 sur les villes et les communautés durables et l’objectif 17 sur les partenariats pour la réalisation des objectifs.

Enfin, les délégués ont adopté une résolution d’urgence sur l’Acte législatif européen sur l’accessibilité. La résolution appelle le Conseil de l’UE à respecter ses obligations de mise en œuvre de la CNUDPH et à adopter une approche générale ambitieuse et prospective à l’égard de l’Acte législatif européen sur l’accessibilité lors de la réunion du Conseil « Emploi, politique sociale, santé et consommateurs » qui aura lieu le 7 décembre 2017.

Regardez la vidéo complète de l’événement ici

Suivez toutes les discussions et les déclarations pertinentes sur les pages Facebook et Twitter d’Autisme-Europe en utilisant le hashtag :  #EPdisability