Easy to Read
Facebook Twitter Linkedin Youtube

« Les personnes handicapées restent confrontées à d’importantes barrières à l’emploi »

C’est en ces termes que s’est exprimée l’eurodéputée Marian Harkin lors de la conférence sur la coproduction d’initiatives à l’emploi pour les jeunes ayant un handicap ou des problèmes de santé mentale qui a eu lieu le 30 janvier 2018 au Parlement européen à Bruxelles.

L’événement, organisé par l’eurodéputé Brando Benifei et le groupe de travail sur « les services de soutien de demain », a démontré comment les initiatives de soutien à l’emploi au niveau européen, national, régional et local pouvaient tirer parti du modèle de coproduction où toutes les parties prenantes participent au développement et à la mise en œuvre des initiatives.

Des personnes handicapées, services, employeurs, syndicats ainsi que des décideurs politiques, des membres du Parlement européen et de la Commission se sont réunis afin de trouver un socle commun où bâtir une collaboration selon le modèle de coproduction. « Une approche basée sur les droits humains devrait être à la base de toutes les initiatives politiques européennes, notamment en ce qui concerne la mise œuvre de la Garantie pour la jeunesse, surtout lorsqu’il s’agit de personnes handicapées et cela afin de garantir un accès au marché du travail dans des conditions d’égalité », a déclaré l’eurodéputé Brando Benifei.

La conférence, axée sur l’emploi inclusif au sens de l’article 27 de la Convention des Nations Unies relative aux Droits des personnes handicapées, a su mettre en corrélation les initiatives et politiques européennes en matière d’emploi avec les pratiques inclusives de soutien à l’emploi pour les jeunes handicapés de toutes les parties prenantes (telles que l’Initiative pour l’emploi des jeunes et la Garantie pour la jeunesse).  A noter, également, le modèle de placement et soutien individuel (IPS) et le Service volontaire européen (SVE).

Dans ce contexte, Kamil Goungor, ancien bénévole et demandeur d’emploi, a témoigné de son expérience au sein du SVE : “C’était une expérience enrichissante mais il y avait peu d’opportunités inclusives. Il a été difficile de me trouver un assistant personnel. La plupart des organisations qui accueillent les bénévoles ne sont pas inclusives pour les personnes handicapées. Cette expérience ne garantit pas non plus de trouver un emploi par la suite.”

Compréhension commune de coproduction

La coproduction reconnait que chaque personne ayant besoin de soutien doit être impliquée entièrement, utilement, de façon structurée et continue, dans toutes les étapes du développement, de la création et de la mise en œuvre de politiques, d’activités ou de services pertinents.

Dans le domaine du handicap, la coproduction est une pratique de travail inclusive qui réunit les experts par expériences (utilisateurs), les organisations de soutien, les autorités publiques et, si nécessaire, les familles et d’autres parties prenantes. L’ultime objectif étant de fournir un service, une politique ou une activité capable de satisfaire aux besoins et préférences de chacun, en vertu de la devise  “rien sur nous sans nous” et des principes de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

Cette perspective a été insérée par le groupe de travail sur les services d’accompagnement  de demain dans la déclaration commune “Développer ensemble les services d’accompagnement de demain”. Il se compose de l’Association européenne des prestataires de services pour personnes en situation de handicap (EASPD), du Forum européen des personnes handicapées (FEPH), de la Confédération des organisations familiales de la Communauté européenne (COFACE Familles-Europe), du Réseau européen pour la vie autonome (ENIL), d’Inclusion Europe et de Mental Health Europe (MHE-SME) et bénéficie du soutien du programme européen pour l’emploi et l’innovation sociale (EaSI).

Télécharger la déclaration

Télécharger le rapport d’événement

Faits et chiffres

Selon Eurostat, bien que les personnes handicapées soient protégées par la légisation en matière d’emploi et de soutien aux personnes handicapées dans la société, leur taux d’emploi reste étonnamment faible dans toute l’Europe. Dans l’UE, 48.7% des personnes handicapées ont un emploi contre 70% de l’ensemble de la population. Les taux varient à travers l’Europe. Certaines régions sont toutefois parvenues à augmenter le taux d’emploi chez les personnes handicapées.

Ces chiffres rappellent l’existence de nombreuses barrières à la mise en œuvre effective de l’article 27 de la Convention des Nations Unies relative aux Droits des personnes handicapées, d’autant plus que bon nombre de pays européens sont toujours en période de relance économique à la suite de la crise financière et que les opportunités d’emploi sur le marché restent limités dans de nombreuses régions. L’article 27 reconnait que chaque personne handicapée, y compris les personnes avec un handicap psychosocial, a le droit de travailleur dans des conditions d’égalité et ne devrait jamais subir de discrimination.

Télécharger la boite-à-outil de Mental Health Europe sur l’article 27 de la CNUDPH et sur le droit de travailler (en anglais)

Télécharger le document d’information de la Plate-forme européenne de réadaptation sur la coproduction de services