Easy to Read
Facebook Twitter Linkedin Youtube

Les personnes handicapées réclament une Stratégie européenne du handicap qui ne laisse personne de côté

Pour marquer la Journée européenne des personnes handicapées (3 décembre), le Forum européen des personnes handicapées (FEPH), en collaboration avec la Commission européenne, a organisé une conférence de deux jours afin de discuter avec un large éventail de politiciens, d’auto-représentants et d’experts de haut niveau de la forme potentielle de la prochaine Stratégie européenne pour les personnes handicapées et des façons de la mettre en œuvre, notamment dans le prochain Cadre financier pluriannuel.

La conférence de la Journée européenne des personnes handicapées, qui s’est tenue les 3 et 4 décembre, a permis de promouvoir l’intégration des questions liées au handicap et de sensibiliser davantage aux défis quotidiens auxquels sont confrontées les personnes handicapées. Des centaines de personnes handicapées, la Commission européenne, des membres du Parlement européen, du Conseil, des fonctionnaires, des experts et autres parties prenantes ont discuté des défis, des solutions et des projets en préparation pour améliorer les politiques en faveur des personnes handicapées. 2018 étant l’Année européenne du patrimoine culturel, l’événement a aussi permis de voir en quelle mesure l’Union européenne favorisait l’accès des personnes handicapées à sa richesse culturelle, dans des conditions d’égalité avec les autres citoyens.

Dans ce contexte, le vice-président d’Autisme-Europe Pietro Cirrincione a présenté certains problèmes auxquels sont confrontées les personnes autistes :

 « Lorsqu’il s’agit de l’autisme, la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CNDPH) accuse du retard, non seulement à cause de la stigmatisation, mais aussi parce que nos besoins en matière d’accessibilité et de soutien ne sont pas compris par ceux qui devraient appliquer nos droits et mettre en œuvre la Convention, même s’ils désirent sincèrement le faire. Nous, les personnes autistes, sommes heureuses de vous expliquer en quoi consistent nos besoins, mais il est urgent que la Commission européenne sensibilise et informe les institutions et les services publics sur la manière de mettre en œuvre la convention pour les personnes qui ont un handicap caché, afin d’éviter qu’en 2030, l’autisme ne passe après tous les autres handicaps. ».

https://youtu.be/u41ayES7UeE

A l’événement, Autisme-Europe était représentée par une délégation de membres diversifiée, composée d’auto-représentants et de membres des familles de personnes autistes de plusieurs pays.

Deux tables rondes ont eu lieu le premier jour. La première portait sur la voie à suivre pour adopter la nouvelle Stratégie européenne pour les personnes handicapées 2020-2030. La table ronde a traité de la prochaine consultation sur la mise en œuvre de la CDPH et le rôle de la Stratégie européenne pour les personnes handicapées 2010-2020. C’est cette même stratégie qui a conduit à l’adoption prochaine de l’Acte juridique européen sur l’accessibilité.

Joost Korte, directeur général de la Direction Générale pour l’emploi, les affaires sociales et l’inclusion (DG EMPL) à la Commission européenne, a déclaré: « Grâce à l’Acte sur l’accessibilité, nous établissons le premier marché au monde pour des produits et des services accessibles. Au cours des prochaines décennies, les Européens handicapés pourront bénéficier de cette loi. »

Helga Stevens, membre du Parlement européen, à propos de son rapport parlementaire sur la mise en œuvre de la Stratégie européenne pour les personnes handicapées 2010-2020 et le processus à venir : « Le rapport propose que la Commission veille à ce que toute future stratégie en matière de handicap vise à mettre pleinement en œuvre la CDPH de l’ONU dans tous les domaines politiques de l’UE (…). La Commission doit également intégrer l’accessibilité dans tous les domaines politiques, dans les secteurs public et privé, y compris dans la stratégie de marketing numérique (…). Le financement de l’UE devrait inclure un budget pour l’accessibilité ».

Emmanuelle Grange, chef de l’unité Handicap et inclusion de la DG EMPL de la Commission européenne a rappelé le processus de consultation de la future stratégie en faveur des personnes handicapées et a expliqué que celle qui serait lancée en 2019 porterait sur les actions menées dans les 8 domaines prioritaires actuels, à savoir : l’accessibilité, la participation, l’égalité, l’emploi, l’éducation, la protection sociale, l’action extérieure et le Socle européen des droits sociaux.

Mihaela Ivanona, une jeune auto-représentante de Lumos, a partagé son expérience et rappelé de manière poignante que la mise en œuvre des droits des personnes handicapées était une question urgente et qu’il convenait de le faire avec la pleine participation des personnes handicapées : « Je suis restée dans une institution pendant trois ans. On m’a isolée pendant trois mois dans une pièce avec des barreaux. Je vois le chemin de l’égalité comme des échelons que l’UE doit gravir. Nos droits de l’Homme sont précieux. Chaque pays devrait nous donner des moyens accessibles de faire entendre notre voix. »

Le deuxième panel a soulevé la question de savoir comment le prochain cadre financier pluriannuel contribuera à la mise en œuvre de la nouvelle stratégie.

Andriana Sukova, directrice-générale adjointe de la DG EMPL de la Commission européenne s’exprimant sur le Fonds social européen et le Fonds européen de développement régional : « Le fonds social européen soutiendra les personnes handicapées en soutenant la transition des soins en institutions vers des soins dispensés dans la communauté ; l’accès à des services de qualité, durables et abordables ; ainsi que l’égalité des chances et la non-discrimination. »

Daniela Bankier, Chef de l’Unité Programme et gestion financière de la DG JUST de la Commission européenne a présenté un autre aspect du financement dédié au handicap : « Dans le Cadre financier pluriannuel post-2020, le programme Droits et valeurs sera celui qui succèdera à l’actuel Programme Droits, Égalité et Citoyenneté. Ce dernier vise à soutenir une société ouverte, démocratique et inclusive et à émanciper les citoyens ».

En guise de conclusion, Nadia Hadad, membre du Forum européen des personnes handicapées, a souligné certaines priorités clés du mouvement des personnes handicapées : « Nous voulons que l’UE investisse dans la mise en œuvre de la CNDPH et des objectifs de développement durable (ODD), qu’elle favorise la désinstitutionnalisation, renforce l’accessibilité à l’environnement, aux produits et services, au logement et à l’éducation inclusive et qu’elle encourage la participation des personnes handicapées au marché du travail.

Le deuxième jour, un troisième panel a été consacré à l’accessibilité du patrimoine culturel pour tous, marquant ainsi l’Année européenne du patrimoine culturel. Divers exemples de bonnes pratiques en matière d’accessibilité ont été présentés, notamment : les actions entreprises par le musée du Louvre et la ville de Salzbourg (Access City 2012) ; le projet de carte européenne du handicap, déjà testé dans 8 pays européens ; et la norme technique UNE 41531 IN visant à atteindre un équilibre entre adaptation et préservation des espaces historiques.

En savoir plus sur la Journée européenne des personnes handicapées

Visualiser la première journée de conférence en streaming (3 décembre)

Visualiser la deuxième journée de conférence en streaming (4 décembre)

L’Access City Award 2019

La cérémonie de remise de l’Access City Award, qui a eu lieu le deuxième jour, a été un moment phare de la conférence. L’Access City Award est un prix européen qui récompense les villes pour leurs efforts en matière d’accessibilité. Les prix ont été remis aux représentants des villes lauréates par la Commissaire européenne en charge de l’emploi, des affaires sociales, des compétences et de la mobilité des travailleurs Marianne Thyssen qui s’est exprimée en ces mots :

 « C’est l’année de l’Acte juridique européen sur l’accessibilité. Je sais très bien que l’accord final n’est pas parfait et que beaucoup d’entre vous auraient souhaité que davantage de domaines soient couverts. Ma proposition était plus ambitieuse. L’Europe, c’est aussi supprimer les obstacles à l’inclusion. »

Breda (Pays-Bas) est le lauréat du prix Access City Award 2019 pour sa philosophie inclusive, son engagement en faveur de l’accessibilité, envers les personnes handicapées, et son amélioration continue. Le deuxième prix a été attribué à Evreux (France) et le troisième prix à Gdynia (Pologne). Enfin, Kaposvár, en Hongrie, et Vigo, en Espagne, ont toutes deux obtenu une mention spéciale.

Kaposvár s’est distinguée pour ses progrès continus et Vigo pour son architecture innovante dans un contexte topographique difficile.

Cette année, un prix spécial a été décerné à la ville de Viborg  (Danemark) et de Monteverde (Italie) pour leurs efforts déployés en vue de rendre leur patrimoine culturel accessible à tous. Les prix ont également été présentés par le Commissaire européen en charge de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et des sports Tibor Navracsics :

 « Mon ambition pour l’Année européenne du patrimoine culturel a été d’encourager plus de gens à explorer nos racines. Nous devons améliorer l’accès des personnes handicapées. Nous devrions faire davantage pour donner la possibilité de créer un espace culturel plus équitable. »

En savoir plus sur l’Access City Award

Suivez toutes les mises à jour sur Twitter avec les hashtags : #EUdisability, #EDPD2018, #WeAreEUCitizens et #EUAccessCity.