Easy to Read
Facebook Twitter Linkedin Youtube

Les Nations Unies appellent à l’autodétermination des femmes et des filles autistes

Le 5 avril, les Nations Unies ont célébré le Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme 2018 au siège des Nations Unies. L’événement a souligné l’importance de l’empowerment des femmes et des filles autistes et de leur participation, ainsi que celle de leurs organisations représentatives, aux processus décisionnels, en vue de remédier aux difficultés auxquelles elles doivent faire face.

Grâce aux discussions dynamiques, dirigées avec des experts et auto-représentants, l’événement a permis d’examiner les défis spécifiques auxquels sont confrontées les femmes et les filles autistes.

En novembre 2017, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution en attirant l’attention sur les défis particuliers que rencontrent les femmes et les filles handicapées dans le contexte de la mise en œuvre de la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Dans sa résolution, l’ONU exprime sa préoccupation quant au fait que les femmes et les filles handicapées sont sujettes à des formes multiples et croisées de discrimination, ce qui les empêche d’exercer pleinement leurs droits humains et leurs libertés fondamentales.

La Présidente d’Autisme-Europe, Zsuzsanna Szilvasy, a assisté aux événements des Nations Unies à New York.

Télécharger le programme

Message du Secrétaire général pour 2018

En cette Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, nous défendons les droits des personnes atteintes d’autisme et dénonçons les discriminations dont elles font l’objet.

Cette année en particulier, nous soulignons combien il importe d’autonomiser les femmes et les filles atteintes d’autisme.

Ces femmes et ces filles rencontrent de multiples difficultés, qui entravent notamment leur accès à l’éducation et à l’emploi sur un pied d’égalité avec les autres, elles se voient privées de leurs droits en matière de procréation et de leur liberté de faire leurs propres choix, et ne participent pas à la prise de décisions qui les concernent.

Notre action en faveur de l’égalité des sexes et de l’autonomisation de la femme doit s’étendre à toutes les femmes et les filles dans le monde, et les mesures que nous prenons pour atteindre les objectifs de développement durable doivent nous permettre de tenir la promesse inscrite au cœur du Programme 2030, celle de ne pas faire de laissés-pour-compte.

En cette Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, réaffirmons notre engagement à promouvoir la pleine participation de toutes les personnes atteintes d’autisme et à faire en sorte qu’elles disposent d’un appui qui leur permette d’exercer leurs libertés et leurs droits fondamentaux.

António Guterres

Autisme-Europe lutte contre la violence, les abus et la stérilisation forcée à l’encontre de toutes les femmes et filles handicapées

Au niveau européen, Monique Post, membre de l’Association néerlandaise de l’autisme (NVA) et membre du Conseil d’administration d’Autisme-Europe est la porte-parole des femmes autistes. En septembre 2017, elle a été élue membre du Comité des femmes du Forum européen des personnes handicapées (FEPH) pour 4 ans.

Ce comité compte 10 membres en provenance de toute l’Europe et issus de différents groupes de personnes handicapées. Son rôle est d’intégrer la perspective des femmes dans toutes les politiques et tous les documents du FEPH, de sensibiliser à la situation des femmes et des filles handicapées et de mener un travail de représentation pour renforcer leur inclusion dans la société, conformément à la Déclaration de Madrid sur les femmes et les filles handicapées, adoptée en novembre 2008.

En mai 2017, le FEPH et la Fondation des Femmes CERMI ont publié un rapport exhaustif sur la prévention et la lutte contre la stérilisation forcée des femmes et des filles handicapées, rapport auquel Autisme-Europe a contribué en soulevant les problèmes spécifiques rencontrés par les femmes autistes.

Télécharger le rapport (en anglais)

Le 31 janvier 2017, Autisme-Europe a été invitée à prendre la parole lors d’un atelier intitulé « La violence domestique envers les personnes handicapées », organisé au Parlement européen de Bruxelles par la députée européenne Soraya Post. Les objectifs étaient de mettre en évidence les problèmes liés à la violence envers les femmes handicapées et les défis spécifiques auxquels elles sont confrontées. Les participants de cet évènement ont également appelé l’UE à ratifier la Convention d’Istanbul.

En savoir plus

Faits et chiffres        

Selon les Nations Unies, les filles handicapées sont moins susceptibles de terminer l’école primaire et plus susceptibles d’être marginalisées ou de se voir refuser l’accès à l’éducation. Les femmes handicapées ont un taux d’emploi inférieur à celui des hommes handicapés et des femmes non handicapées. Globalement, les femmes sont plus exposées aux violences physiques, sexuelles, psychologiques et économiques que les hommes et les femmes et les filles handicapées connaissent des violences sexistes à des taux disproportionnellement élevés et sous des formes uniques dues à la discrimination et à la stigmatisation fondées sur le genre et le handicap.

En raison de l’inaccessibilité et des stéréotypes, les femmes et les filles handicapées sont constamment confrontées à des barrières aux services de santé sexuelle et reproductive et à un manque d’informations sur l’éducation sexuelle, en particulier les femmes et les filles ayant un handicap mental, y compris l’autisme. Lors de la Journée mondiale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre, Autisme-Europe s’est jointe au FEPH pour demander à l’Union européenne de protéger les droits des femmes handicapées.

En savoir plus