Easy to Read
Facebook Twitter Linkedin Youtube

Célébrer les femmes et les filles autistes

A l’occasion de la Journée internationale de la femme (8 mars), Autisme-Europe (AE) revient sur l’année écoulée et met en lumière des femmes et des filles autistes qui ont fait entendre leur voix pour assurer leur pleine participation sur un pied d’égalité. Leur vie et leur engagement ne sont que quelques exemples de la façon dont des femmes autonomisées sont parvenues à briser les barrières à l’éducation, aux soins de santé, à l’information et aux services, à la justice ainsi qu’à la participation civique et politique.

Lors du Congrès international d’AE de 2016, nous avons abordé l’autonomisation des personnes autistes, ainsi que les moyens d’équiper les professionnels afin de mieux les soutenir. Au cours des dernières années, AE s’est aussi penchée en particulier sur l’autonomisation des femmes et des filles autistes dans l’UE en luttant activement contre la violence, les abus et la stérilisation forcée commis à l’encontre de toutes les femmes et filles handicapées, à la lumière de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et de la Convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence faite aux femmes et la violence domestique.

En savoir plus

Partout dans le monde, les Nations Unies s’efforcent également d’autonomiser les femmes et les filles handicapées « en vue d’une participation pleine et effective et de l’égalité des sexes ». En décembre 2018, un Plan stratégique 2018-2021 a été lancé pour assurer une approche plus systématique visant à renforcer l’inclusion des droits des femmes et des filles handicapées. La stratégie s’appuie en outre sur le travail mené par l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes « ONU Femmes » dans le domaine du handicap.

Télécharger la publication “THE EMPOWERMENT OF WOMEN AND GIRLS WITH DISABILITIES: Towards Full and Effective Participation and Gender Equality”

Greta Thunberg : manifester pour mettre un frein au changement climatique

Elle se décrit sur Twitter comme une « jeune Asperger de 16 ans militant pour le climat » et part en « grève scolaire » tous les vendredis devant le Parlement de Stockholm tant que les politiciens suédois ne feront pas du changement climatique leur priorité. Elle a participé à l’événement TEDX à Stockholm en novembre 2018, puis s’est adressée aux dirigeants mondiaux lors de la COP24 des Nations Unies à Katowice, en Pologne, en décembre 2018, et, récemment, au Forum économique mondial à Davos et au Comité économique et social européen à Bruxelles en 2019.

Greta a reçu le diagnostic du syndrome d’Asperger, de trouble obsessionnel compulsif et de mutisme sélectif à l’âge de 11 ans. Son idée de faire la grève scolaire est une initiative personnelle, qui ne provient pas d’un groupe, car elle admet ne pas être douée pour la socialisation. Greta considère son autisme comme un « don » et non comme un handicap, et attribue sa façon franche et directe de parler au syndrome d’Asperger.

Abby Brooke : marcher à travers l’Afrique pour sensibiliser le public

À ce jour, Abby a terminé une marche d’un mois de 400 km autour du mont Kenya, s’adressant à plus de 500 parents, professionnels, enseignants et aidants au cours de 5 événements publics, organisés dans les communautés locales, où elle s’est exprimée sur les défis et les opportunités que présente l’autisme.  Son prochain projet est de parcourir 2000 km à pied, pendant quatre mois, à travers le Kenya, où le niveau de compréhension et de soutien pour l’autisme est très minime. Abby espère changer cela grâce à ses actions et à ses prises de parole. Née à Nairobi, elle a été diagnostiquée Asperger à l’âge de 13 ans alors qu’elle était scolarisée en Angleterre.

En savoir plus

Zoe Carpenter : plaidoyer pour lutter contre la discrimination et les abus liés au handicap

Zoe est une jeune femme autiste, originaire du Royaume-Uni, qui a été victime d’exploitation sexuelle dans son enfance. Elle est l’une des pionnières du projet REIGN, une initiative basée sur le principe que « la voix de l’expérience est l’outil le plus puissant qui soit pour lutter contre la discrimination ».

Lorsqu’elle a commencé à travailler pour la communauté autistique, Zoe était chargée d’administrer les groupes de soutien en ligne, d’organiser des rencontres hors ligne, tant pour les femmes que pour les hommes, et d’organiser les « Autistic Pride Events » (Journées de la Fierté Autistique) dans sa ville. Connecter les gens entre eux est ce qu’elle préfère faire au sein de la communauté autistique.

En savoir plus

Stéf Bonnot-Briey : allier professionnalisme et militantisme

Stéf est membre du Conseil d’administration d’Autisme-Europe en tant qu’auto-repprésentate. Elle travaille comme formatrice et contribue à l’amélioration de la qualité des services aux personnes autistes en France. 

Stéf est co-fondatrice de l’association SAtedI. Créée en 2003, il s’agit de la première association francophone mise sur pied « par » des personnes autistes « pour » des personnes autistes, afin de leur permettre de se rencontrer et de s’entraider. Son engagement pour la cause des femmes autistes l’a amenée à s’impliquer activement au sein de l’Association Française des Femmes Autistes (AFFA) depuis 2016, dont elle est la vice-présidente depuis 2 ans. De par son expérience, elle est consciente que l’autisme féminin est une réalité de l’expression et des enjeux qui ne sont pas pris en compte en France.

En février 2019, Stéf a reçu la Médaille de l’Ordre du Mérite de la Secrétaire d’Etat aux personnes handicapées Sophie Cluzel.

Stéf sera conférencière d’honneur lors du prochain Congrès international d’AE de 2019 dont elle fait déjà partie du comité scientifique.

En savoir plus

Monique Post : exprimer les besoins des femmes autistes en Europe

Au niveau européen, la voix des femmes autistes est portée par Monique Post, une jeune membre de l’Association néerlandaise de l’autisme (NVA) et membre du Conseil d’administration d’Autisme-Europe. Elle fournit des conseils sur la prise en charge de l’autisme, notamment en ce qui concerne l’éducation, le soutien familial et le travail en tandem. Son travail s’appuie sur les capacités de la personne, plutôt que ses incapacités.

En septembre 2017, elle a été élue membre du Comité des femmes du Forum européen des personnes handicapées (FEPH) pour 4 ans. Ce comité fournit une expertise sur l’égalité des sexes et sur les droits des femmes et des filles handicapées, quelle que soit la nature du handicap. Il sert également de réseau pour l’échange d’informations, le renforcement des capacités et l’apprentissage mutuel, et pour renforcer le FEPH et le travail de ses membres sur la promotion des droits des femmes handicapées. Il veille également à ce que le travail du FEPH auprès de l’UE et des Nations unies prenne en compte les besoins spécifiques des femmes et des filles handicapées.

En savoir plus